<![CDATA[Les promenades de Bergisel]]> / Overblog - http://www.over-blog.com <![CDATA[Un sol en ruines ?]]> /2015/03/editions-flammarion-l-equivalent-d-un-studio-voici-la-surface-de-terres-fertiles-dont-la-france-est-amputee-chaque-seconde-sous-la-p /2015/03/editions-flammarion-l-equivalent-d-un-studio-voici-la-surface-de-terres-fertiles-dont-la-france-est-amputee-chaque-seconde-sous-la-p Mon, 02 Mar 2015 06:04:29 +0100
Un sol en ruines ?

Editions Flammarion

L'équivalent d'un studio: voici la surface de terres fertiles dont la France est amputée chaque seconde, sous la pression du macadam, des zones pavillonnaires et des hypermarchés dont notre pays est champion. Comment une telle situation est-elle possible, alors que nous peinons déjà à nourrir une population mondiale en pleine explosion ?
C'est pour le savoir que Frédéric Denhez a mené cette enquête corrosive, sillonnant le territoire, sondant les agriculteurs « conventionnels » ou convertis au bio, les maires, les chercheurs, etc. Et ce qu'il a découvert glace le sang: non content de se raréfier, le sol ne parvient plus à assurer les services qui le rendent inestimable. Nivelé, démembré, laissé à nu, labouré en profondeur, soumis à d'inquiétants polluants et à la spéculation... la dégradation de ce bien commun millénaire, garant de notre alimentation et de nos paysages, appelle à une profonde révolution des mentalités.
Empêcheur de penser en rond, l'auteur propose une série de solution à adopter d'urgence, tout en revenant sur un bon nombre d'idées reçues comme l'intérêt du tout bio, les bienfaits du « zéro carbone », etc. Un livre choc, au confluent des maux qui affligent notre société.

 

(Présentation de l'éditeur)

]]>
<![CDATA[Antoine Marès écrit Edvard Beneš]]> /2015/03/antoine-mares-ecrit-edvard-benes.html /2015/03/antoine-mares-ecrit-edvard-benes.html Mon, 02 Mar 2015 00:58:58 +0100

Témoin et acteur de la naissance de la Tchécoslovaquie, de son intégration dans une Europe remodelée dans l’entre-deux-guerres, du drame de Munich et du rapprochement avec l’Union soviétique durant la Seconde Guerre mondiale, Edvard Beneš, longtemps ministre des Affaires étrangères puis second président de la République, est une figure majeure de l’histoire tchécoslovaque. Directeur du Centre d’histoire de l’Europe centrale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Antoine Marès lui consacre une importante biographie, « Edvard Beneš : Un drame entre Hitler et Staline », publié aux éditions Perrin, qu’il présente ces jours-ci en pays tchèques. Pour Radio Prague, l’historien a évoqué ses motivations.

]]>
<![CDATA[Citations historiques imaginaires]]> /2015/02/citations-historiques-imaginaires.html /2015/02/citations-historiques-imaginaires.html Thu, 26 Feb 2015 22:10:29 +0100
Citations historiques imaginaires

Editions La France pittoresque

De « Souvent femme varie » à « L'Etat, c'est moi ! », en passant par « Et pourtant, elle tourne ! » ou « Paris vaut bien une messe », qui n'a pas en tête ces « mots historiques » liés à des personnages célèbres ou des événements ayant fait date ?

Nouvelle édition enrichie de 22 dessins hors-texte, du livre de Henri Gaubert consacré aux « mots historiques » que l'Histoire retient mais qui n'ont jamais été prononcés, cet ouvrage est une suite d'enquêtes expulsant du domaine de l'histoire authentique, quelques chères légendes dont s'accommode si complaisamment la croyance populaire. Tenant le lecteur en haleine le temps de 22 enquêtes sur ton espiègle et enlevé, c'est un livre alerte, méthodique, souriant, un véritable jeu de piste au rythme soutenu : un mot va de bouche en bouche ? Gaubert le saisit au passage. Et l'interrogatoire commence : de qui tenez-vous cette histoire ? Il remonte de témoin en témoin, en se rapprochant par bonds de l'auteur responsable.

1. Tu as vaincu, Galiléen ! 2. Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! 3. Hon(n)i soit qui mal y pense 4. Souvent femme varie 5. Paris vaut bien une messe 6. Et pourtant, elle tourne ! 7. L'Etat, c'est moi ! 8. Il n'y a plus de Pyrénées 9. J'ai failli attendre ! 10. Messieurs les Anglais, tirez les premiers ! 11. A moi, d'Auvergne ! Voilà l'ennemi ! 12. La France, ton café f... le camp ! 13. Allez dire à votre maître que nous sommes ici par la volonté du peuple, et que nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes ! 14. Fils de saint Louis, montez- au ciel ! 15. La République n'a pas besoin de chimistes 16. Rien n'est changé en France, il n'y a qu'un Français de plus 17. Soldats, du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent ! 18. Commediante ! Tragediante ! 19. Le mot de Cambronne 20. O.K. 21. J'y suis, j'y reste ! 22. La Fayette, nous voici !

« Plus un mot historique reflète exactement la physionomie morale de son auteur présumé, plus ce mot a des chances d’être faux », prévient encore Gaubert qui, « parmi ces slogans publicitaires, inventés après coup et taillés à la mesure exacte des grands personnages », nous montre comment — et cependant que parfois l’histoire anecdotique n’aime souvent guère mettre en scène des personnages secondaires — les historiens se sont « entendus comme larrons en foire pour tromper le public et égarer son jugement. »

 

(Note de l'éditeur)

]]>
<![CDATA[Nouvelles de République Tchèque]]> /2015/02/nouvelles-de-republique-tcheque-9.html /2015/02/nouvelles-de-republique-tcheque-9.html Wed, 25 Feb 2015 04:05:35 +0100
Nouvelles de République Tchèque

Pourtant les Moraves sont cool d'habitude !

Fusillade en Moravie du Sud : neuf morts dont le tireur selon un bilan provisoire

Une fusillade a eu lieu ce mardi après-midi dans une auberge de la ville d’Uherský Brod en Moravie du Sud. Un homme d’une soixantaine d’années a ouvert le feu sur les clients de cet établissement causant la mort d’au moins huit personnes. Selon le maire Patrik Kunčara, le tireur est un habitant de la ville probablement atteint de troubles mentaux qui se serait suicidé après l’attaque. Le ministre de l’Intérieur Milan Chovanec s'est rendu sur place. Le Premier ministre Bohuslav Sobotka a réagi en indiquant « le choc que constituait cette tragédie ».

 

C.R. 24.02.2015

]]>
<![CDATA[L'Ile d'Elbe ... et l'Empereur]]> /2015/02/l-ile-d-elbe-et-l-empereur.html /2015/02/l-ile-d-elbe-et-l-empereur.html Mon, 23 Feb 2015 21:12:04 +0100

Pour la commémoration du bicentenaire de la présence de l'Empereur Napoléon 1er sur l'île d'Elbe (début mai 1814 à fin février 1815), le Manager du Carré Impérial a effectué du 25 au 30 juillet 2014 une expédition à pied de 100 km sur ses traces impériales.

Boucle passant par Portoferraio - Villa San Martino - Isola Paolina - Marciana marina - Marciana - Madonna del Monté - Poggio - Lacona - Porto Azzurro...

© carreimperial.fr

 

Merci à Loïc !

]]>
<![CDATA[Un peu de réflexion ]]> /2015/02/un-peu-de-reflexion.html /2015/02/un-peu-de-reflexion.html Sun, 22 Feb 2015 05:05:29 +0100

"Le fanatisme est la seule forme de volonté qui puisse être insufflée aux faibles et aux timides."

Nietzsche

]]>
<![CDATA[Des soumis ...]]> /2015/02/des-soumis.html /2015/02/des-soumis.html Sat, 21 Feb 2015 04:07:51 +0100
Boris Cyrulnik : "Les terroristes de Daech ne sont pas des fous"

Boris Cyrulnik : "Les terroristes de Daech ne sont pas des fous"

Neuropsychiatre, universitaire, initiateur du concept de résilience. Boris Cyrulnik est également l'auteur de nombreux ouvrages dont certains ont été d'immenses succès. Il publie " Les âmes B...

http://www.franceinfo.fr/emission/un-monde-d-idees/2014-2015/boris-cyrulnick-les-terroristes-de-daesh-ne-sont-pas-des-fous-06-10-2014-12-00

]]>
<![CDATA[Personne ne fera taire le poète]]> /2015/02/personne-ne-fera-taire-le-poete.html /2015/02/personne-ne-fera-taire-le-poete.html Fri, 20 Feb 2015 22:23:09 +0100

Aux ennemis de la liberté qui veulent nous empêcher d’écrire.

 

© Karim Akouche Le Matin Algérie

Il y a des écrivains qui libèrent et ceux qui emprisonnent. Quand j’étouffe, gagné par le chagrin ou le doute, il me suffit de lire quelques feuillets de Don Quichotte, Ainsi parlait Zarathoustra, Cent ans de solitude ou Voyage au bout de la nuit et me voilà soulagé, revivifié, comme ce tournesol oublié par le jour qui reçoit soudainement au crépuscule sa dose de lumière. En revanche, le fait d’ouvrir le livre d’un auteur, dont je sais d’emblée qu’il a un style étriqué, me procurera une sensation de déprime.

L’écriture doit être l’exercice qui libère l’esprit. Elle est le contraire de la contrainte. Si l’écrivain se soumet à celle-ci, il produira des textes ampoulés et boiteux. Le lecteur le sentira dès les premières lignes. Rebuté, il fermera non seulement le livre, mais également son cœur.

L’écrivain qui pratique l’autocensure est un semi-écrivain. Il affectionne les lieux communs. Il prend toutes les précautions pour ne pas blesser ses lecteurs. Il aime les caresser dans le sens du conformisme. Il adapte ses paroles en fonction de son auditoire. Sacrifiant son éthique, il n’hésite pas à fouler aux pieds la plus fondamentale des valeurs : la liberté. Ce faisant, il assassine la vérité. À cet égard, il doit être banni de la «communauté des poètes».

L’écrivain ne doit pas écrire pour plaire. Il ne doit surtout pas avoir peur de déplaire. Il doit jouir totalement de la liberté que lui procurent sa plume, la solitude, la paix des forêts. Il ne doit obéir à personne, sauf à ses mots, à sa musique intérieure, à son intuition, à ses révoltes. Son métier est d’esquisser les contours vagues de l’être. Son rôle est de déchirer le voile du silence. Son art est de composer la complainte de ses longues nuits blanches ou obscures.

L’écrivain est un agitateur des mots. Il est le gardien de la libre parole. Rien ni personne ne peut le faire taire. Il a le droit de secouer les endormis, de heurter les belles âmes, de choquer les bonnes consciences.

Écrire, c’est peindre les yeux fermés. Écrire, c’est tremper son pinceau dans l’encre, dans du café, dans des larmes, dans la boue, dans du foutre, dans du sang. C’est selon l’alchimie du moment. C’est selon le rythme du pouls. Si l’on trouve l’homme beau, qu’on le fasse comme le David de Michel-Ange. Si on le découvre violent, qu’on s’inspire de Caligula et d’Ubu Roi.

L’homme est un caméléon. Il peut être lourd, léger, misérable, lucide, sadique, doux, enfant, fou. Les adjectifs s’opposent et se neutralisent en lui pour enfin démontrer qu’il est d’une insignifiance et d’une légèreté qui frisent la bouffonnerie. L’écriture consiste précisément à capter ces humeurs changeantes, à les fixer sur des toiles complexes, à les faire passer dans des labyrinthes glauques.

L’art naît de l’incessante danse de l’être humain sur ses ruines. Celui-ci rêve d’incarner Dieu, mais finit toujours par habiter le Diable. Étrange dilemme d’un animal qui échappe à la logique. Étrange marche d’un mortel qui se prend pour l’éternité. Étrange machine qui complique les idées et les choses.

La quête de l’écrivain doit être l’art et non la raison. C’est l’esthétique qui précède le discours. C’est le discours qui s’efface devant le flot des images. L’art qui blesse et non la raison qui dicte. L’art qui fascine et non la raison qui calcule. L’art qui taquine et non la raison qui affecte.

Écrire, ce n’est pas convaincre. Écrire, ce n’est pas prêcher. Écrire, c’est dénoncer la tyrannie de la pensée unique. Écrire, c’est tenter de comprendre. Comprendre, c’est chercher des réponses à des questions qui n’en ont pas forcément. Comprendre, c’est essayer de capter la vérité qui fuit. En Haïti, on dit que la vérité est comme la fumée, elle finit toujours par trouver une issue. La vérité de l’écrivain ne doit pas être un slogan que l’on fixe au fronton des Églises et des Cours de justice. La vérité de l’écrivain est une idée inachevée, sans cesse recomposée et sans arrêt remise en cause, comme ce forgeron qui s’obstine à rendre parfait un bijou fétiche, refusant d’admettre que la perfection est mirage.

Écrire, c’est interroger son cœur qui bat. Écrire, c’est se murmurer des mélodies fragiles. Écrire, c’est dessiner les fantômes qui hantent l’enfant que l’on n’a jamais cessé d’être. Écrire, c’est planter un scalpel dans sa chair pour en sentir la douleur. Écrire, c’est coudre ses blessures avec la pointe de son stylo. Écrire, c’est saisir les failles de l’histoire qui triche. Écrire, c’est noyer le mensonge dans le fleuve absurde de la vie. Écrire, c’est insuffler de la chaleur dans le cœur glacé des hommes.

Écrire, c’est répandre la lumière sur les yeux aveugles du monde.

]]>
<![CDATA[Que veut montrer une photo !]]> /2015/02/que-veut-montrer-une-photo.html /2015/02/que-veut-montrer-une-photo.html Fri, 20 Feb 2015 20:15:51 +0100

Article très intéressant .... qui serait à développer !

]]>
<![CDATA[Le SIA 2015]]> /2015/02/le-sia-2015.html /2015/02/le-sia-2015.html Fri, 20 Feb 2015 07:29:37 +0100
Le SIA 2015 - Le puy Griou ... et les autres

Le SIA 2015 - Le puy Griou ... et les autres

C'est du 21 février au 1er mars 2015 Le Salon International de l'Agriculture est le Rendez-vous incontournable de tous les acteurs du monde agricole. Chaque année, il se réinvente et vous permet...

http://www.esquirou.info/le-sia-2015.html

]]>
<![CDATA[Une pantalonnade jusqu'au bout !]]> /2015/02/une-pantalonnade-jusqu-au-bout.html /2015/02/une-pantalonnade-jusqu-au-bout.html Fri, 20 Feb 2015 07:25:33 +0100
Une pantalonnade jusqu'au bout ! - Le puy Griou ... et les autres

Une pantalonnade jusqu'au bout ! - Le puy Griou ... et les autres

Mais tout ceci était écrit d'avance en tout cas depuis la semaine dernière ! Allons nous distraire un peu .... je serais tenté d'être de mauvaise humeur ! Répondant à des questions d'auditeu...

http://www.esquirou.info/2015/02/une-pantalonnade-jusqu-au-bout.html

]]>
<![CDATA[La région de Břeclav continue d’épater par son illustre héritage culturel]]> /2015/02/la-region-de-breclav-continue-d-epater-par-son-illustre-heritage-culturel.html /2015/02/la-region-de-breclav-continue-d-epater-par-son-illustre-heritage-culturel.html Thu, 19 Feb 2015 23:23:57 +0100

Ville frontière entre la Slovaquie et l’Autriche, la ville tchèque de Břeclav se situe en Moravie du sud, sur l’une des plus longues rivières tchèques, la Dyje. Cette ville qui a compté en 2014 un peu moins de 25 000 habitants est un carrefour de chemins, non seulement ferroviaires ; des chemins qui mènent alors vers d’autres régions et villes à la fois voisines et frontalières. L’ensemble même de la région de Břeclav continue d’en étonner plus d’un, en raison de son caractère culturel, historique et donc par là, touristique exceptionnel.

]]>
<![CDATA[En 2014, la République tchèque est restée un des plus importants exportateurs d’électricité en Europe]]> /2015/02/en-2014-la-republique-tcheque-est-restee-un-des-plus-importants-exportateurs-d-electricite-en-europe.html /2015/02/en-2014-la-republique-tcheque-est-restee-un-des-plus-importants-exportateurs-d-electricite-en-europe.html Wed, 18 Feb 2015 08:50:29 +0100

Sans surprise, la République tchèque est restée largement exportatrice d’électricité en 2014 avec un solde positif de 16,9 térawattheures (TWh), un chiffre supérieur à la production de la centrale de Temelín, la plus grande des deux centrales nucléaires existantes en République tchèque. C’est la quatrième année consécutive que le solde exportations-importations tchèques se situe aux alentours de 17 TWh.

 

© Guillaume Narguet Radio Prague

]]>
<![CDATA[Les Gueules Noires d'Ostrava]]> /2015/02/les-gueules-noires-d-ostrava.html /2015/02/les-gueules-noires-d-ostrava.html Mon, 16 Feb 2015 03:42:52 +0100

Ce n’est pas sans raison que la région d’Ostrava, troisième ville tchèque, était surnommée du temps du communisme le « cœur d'acier de la République ». Dès lors que le charbon y a été découvert en 1763, et à l’instar des vastes transformations liées à la révolution industrielle, les villages d’antan ont progressivement laissé place à un immense bassin minier, devenu le centre industriel le plus important de l’Empire austro-hongrois. L’extraction de la houille a attiré des centaines de milliers d’ouvriers au cours du siècle dernier, et tandis que les usines modernes d’OKD et d’ArcelorMittal fonctionnent à plein régime, d’anciennes mines ayant fait la gloire de la ville sont aujourd’hui ouvertes au public. Qu’est-il exposé au visiteur ? Comment les visites sont-elles mises en scène ? Comment ce lieu chargé d’histoire adopte-t-il ses nouvelles fonctions d’espace culturel ? Autant de questions auxquelles Radio Prague a cherché des réponses lors d’une visite à la mine Michal.

 

© Agnès Joyaut  Radio Prague

]]>
<![CDATA[Promenade automnale dans les monts Beskides]]> /2015/02/promenade-automnale-dans-les-monts-beskides.html /2015/02/promenade-automnale-dans-les-monts-beskides.html Sun, 15 Feb 2015 14:46:18 +0100

Les monts Beskides, situés à l’extrême est du pays, en Moravie-Silésie, offrent une nature exceptionnelle, mais aussi des lieux remplis d’histoire et truffés de fables et récits. C’est précisément un mélange de tout cela que dévoilent l’ascension de la plus haute montagne des Beskides, Lysá hora, et une promenade dans ses environs. Nous emprunterons ce chemin pour découvrir notamment les plus impressionnantes chutes d’eau de la région, appelées Satinské vodopady, les chutes d’eau de Satina.

 

© Denisa Tomanová Radio Prague

 

]]>
<![CDATA[C'est au château de Zbiroh qu'Alfons Mucha a créé son Epopée slave]]> /2015/02/c-est-au-chateau-de-zbiroh-qu-alfons-mucha-a-cree-son-epopee-slave.html /2015/02/c-est-au-chateau-de-zbiroh-qu-alfons-mucha-a-cree-son-epopee-slave.html Sat, 14 Feb 2015 09:41:03 +0100

Dans l’un de nos récents guides touristiques, nous vous avons présenté la région de Křivoklát à l’ouest de Prague et son monument phare, le château éponyme, en promettant d’y revenir une nouvelle fois. Et bien c’est chose faite. Radio Prague vous invite cette fois à la découverte du château de Zbiroh, l’un des plus anciens, fondé déjà au XIIe siècle.

 

Le château des trois empereurs, le château top secret, le château interdit au public: toutes ces caractéristiques sont propres à Zbiroh, niché dans les forêts de Křivoklát, à 60 km au sud-ouest de Prague, en direction de Plzeň. Zbiroh possède une riche histoire. Parmi ses premiers propriétaires, certaines sources citent le roi Přemysl Otakar II qui aurait pris la demeure en 1277. Charles IV, alors encore simple margrave de Moravie, l’achète en 1333, à son retour de France. Un siècle plus tard, l’empereur Sigismond devient son propriétaire, avant de le gager à ses créanciers. En 1440, la famille Kolovrat y entame des travaux. Le château est doté d’une splendide chapelle de l’Assomption de la Vierge-Marie richement ornée de fresques.

]]>
<![CDATA[Alfons Mucha est bio ]]> /2015/02/alfons-mucha-est-bio.html /2015/02/alfons-mucha-est-bio.html Sat, 14 Feb 2015 04:50:43 +0100
Alfons Mucha est bio

En parlant de bio voilà une petite biographie !

]]>
<![CDATA[Esprit du 11 janvier que deviens-tu ?]]> /2015/02/esprit-du-11-janvier-que-deviens-tu.html /2015/02/esprit-du-11-janvier-que-deviens-tu.html Fri, 13 Feb 2015 08:49:16 +0100

As-tu existé ? Merci à M. Rosanvallon de donner une réponse

Le Monde 12.02.2015

Le Monde 12.02.2015

]]>
<![CDATA[Le bon pain tchèque]]> /2015/02/le-bon-pain-tcheque.html /2015/02/le-bon-pain-tcheque.html Wed, 11 Feb 2015 04:31:39 +0100

Les Français qui vivent à l’étranger disent parfois que l’une des choses qui leur manque le plus lorsqu’ils sont loin de chez eux, c’est le pain blanc ou la baguette qu’ils achètent fraîche, chaude et croustillante, à la boulangerie. Pour les Tchèques de l’étranger, c’est la même chose. On entend ainsi souvent ceux qui ont émigré sous le régime communiste affirmer que le pain a longtemps été pour eux, et reste encore aujourd’hui, source d’une certaine nostalgie. Et pas n’importe quel pain : « český chléb » - « le pain tchèque », précisent-ils toujours. On peut penser ce que l’on veut de la cuisine tchèque. Certains, et pas seulement les Tchèques, l’apprécient beaucoup, la trouvant très goûteuse, d’autres, et pas seulement des étrangers, un peu moins, la trouvant trop lourde. Quel que soit votre avis, il convient néanmoins de reconnaître une chose : le pain tchèque traditionnel est excellent, et ce pain – chléb, fait partie de l’identité culinaire tchèque. Mais aussi de la langue tchèque…

© Guillaume Narguet - Radio Prague 29.01.2015

 

 

]]>
<![CDATA[Lettre ouverte à un soldat d’Allah]]> /2015/02/lettre-ouverte-a-un-soldat-d-allah.html /2015/02/lettre-ouverte-a-un-soldat-d-allah.html Tue, 10 Feb 2015 18:11:02 +0100

Prépare ta valise. Achète un billet. Change de pays. Cesse d'être schizophrène. Tu ne le regretteras pas.

Ici, tu n'es pas en paix avec ton âme. Tu te racles tout le temps la gorge. L'Occident n'est pas fait pour toi. Ses valeurs t'agressent. Tu ne supportes pas la mixité. Ici, les filles sont libres. Elles ne cachent pas leurs cheveux. Elles portent des jupes. Elles se maquillent dans le métro. Elles courent dans les parcs. Elles boivent du whisky. Ici, on ne coupe pas la main au voleur. On ne lapide pas les femmes adultères. La polygamie est interdite. C'est la justice qui le dit. C'est la démocratie qui le fait. Ce sont les hommes qui votent les lois. L'État est un navire que pilote le peuple. Ce n'est pas Allah qui en tient le gouvernail.

Tu pries beaucoup. Tu tapes trop ta tête contre le tapis. C'est quoi cette tache noire que tu as sur le front ? Tu pousses la piété jusqu'au fanatisme. Des poils ont mangé ton menton. Tu fréquentes souvent la mosquée. Tu lis des livres dangereux. Tu regardes des vidéos suspectes. Il y a trop de violence dans ton regard. Il y a trop d'aigreur dans tes mots. Ton cœur est un caillou. Tu ne sens plus les choses. On t'a lessivé le cerveau. Ton visage est froid. Tes mâchoires sont acérées. Tes bras sont prêts à frapper. Calme-toi. La violence ne résout pas les problèmes.

Je sais d'où tu viens. Tu habites trop dans le passé. Sors et affronte le présent. Accroche-toi à l'avenir. On ne vit qu'une fois. Pourquoi offrir sa jeunesse à la perdition ? Pourquoi cracher sur le visage de la beauté ?

Je sais qui tu es. Tu es l'homme du ressentiment. La vérité est amère. Elle fait souvent gerber les imbéciles. Mais aujourd'hui j'ai envie de te la dire. Quitte à faire saigner tes yeux.

Ouvre grand tes tympans. J'ai des choses à te raconter. Tu n'as rien inventé. Tu n'as rien édifié. Tu n'as rien apporté à la civilisation du monde. On t'a tout donné : lumière, papier, pantalon, avion, auto, ordinateur... C'est pour ça que tu es vexé. La rancœur te ronge les tripes.

Gonfle tes poumons. Respire. La civilisation est une œuvre collective. Il n'y a pas de surhomme ni de sous-homme. Tous égaux devant les mystères de la vie. Tous misérables devant les catastrophes. On ne peut pas habiter la haine longtemps. Elle enfante des cadavres et du sang.

Questionne les morts. Fouille dans les ruines. Décortique les manuscrits. Tu es en retard de plusieurs révolutions. Tu ne cesses d'évoquer l'âge d'or de l'islam. Tu parles du chiffre zéro que tes ancêtres auraient inventé. Tu parles des philosophes grecs qu'ils auraient traduits. Tu parles de l'astronomie et des maths qu'ils auraient révolutionnées. Tant de mythes fondés sur l'approximation. Arrête de berner le monde. Les mille et une nuits est une œuvre persane. L'histoire ne se lit pas avec les bons sentiments. Rends à Mani ce qui appartient à Mani et à Mohammed ce qui découle de Mohammed. Cesse de te glorifier. Cesse de te victimiser. Cesse de réclamer la repentance. Ceux qui ont tué tes grands-parents sont morts depuis bien longtemps. Leurs petits-enfants n'ont rien à voir avec le colonialisme. C'est injuste de leur demander des excuses pour des crimes qu'ils n'ont pas commis.

Tes ancêtres ont aussi conquis des peuples. Ils ont colonisé les Berbères, les Kurdes, les Ouzbeks, les Coptes, les Phéniciens, les Perses... Ils ont décapité des hommes et violé des femmes. C'est avec le sabre et le coran qu'ils ont exterminé des cultures. En Afrique, ils étaient esclavagistes bien avant l'île de Gorée.

Pourquoi fais-tu cette tête ? Je ne fais que dérouler le fil tragique du récit. Tout est authentique. Tu n'as qu'à confronter les sources. La terre est ronde comme une toupie, même s'il y a un hadith où il est écrit qu'elle est plate. Tu aurais dû lire l'histoire de Galilée. Tu as beaucoup à apprendre de sa science. Tu préfères el-Qaradawi. Tu aimes Abul Ala Maududi. Tu écoutes Tarik Ramadan. Change un peu de routine. Il y a des œuvres plus puissantes que les religions.

Essaie Dostoïevski. Ouvre Crime et châtiment. Joue Shakespeare. Ose Nietzche. Quand bien même avait-il annoncé la mort de Dieu, on a le droit de convier Allah au tribunal de la raison. Il jouera dans un vaudeville. Il fera du théâtre avec nous. On lui donnera un rôle à la hauteur de son message. Ses enfants sont fous. Ils commettent des carnages en son nom. On veut l'interroger. Il ne peut pas se dérober. Il doit apaiser ses textes.

Tu trouves que j'exagère ? Mais je suis libre de penser comme tu es libre de prier. J'ai le droit de blasphémer comme tu as le droit de t'agenouiller. Chacun sa Mecque et chacun ses repères. Chacun son dieu et à chaque fidèle ses versets. Les prophètes se fustigent et la vérité n'est pas unique. Qui a raison et qui a tort ? Qui est sot et qui est lucide ? Le soleil est assez haut pour nous éclairer. La démocratie est assez vaste pour contenir nos folies.

On n'est pas en Arabie saoudite ni au Yémen. Ici, la religion d'État, c'est la liberté. On peut dire ce qu'on pense et on peut rire du sacré comme du sacrilège. On doit laisser sa divinité sur le seuil de sa demeure. La croyance, c'est la foi et la foi est une flamme qu'on doit éteindre en public.

Dans ton pays d'origine, les chrétiens et les juifs rasent les cloisons. Les athées y sont chassés. Les apostats y sont massacrés. Lorsque les soldats d'Allah ont tué les journalistes, tes frères ont explosé de joie. Ils ont brûlé des étendards et des bâtiments. Ils ont appelé au djihad. Ils ont promis à l'Occident des représailles. L'un d'eux a même prénommé son nouveau-né Kouachi.

Je ne comprends pas tes frères. Il y a trop de contradictions dans leur tête. Il y a trop de balles dans leurs mitraillettes. Ils regardent La Mecque mais ils rêvent de Hollywood. Ils conduisent des Chrysler. Ils chaussent des Nike. Ils ont des iPhone. Ils bouffent des hamburgers. Ils aiment les marques américaines. Ils combattent «"l'empire", mais ils ont un faible pour ses produits.

Arrête de m'appeler "frère". On n'a ni la même mère ni les mêmes repères. Tu t'es trop éloigné de moi. Tu as pris un chemin tordu. J'en ai assez de tes fourberies. J'ai trop enduré tes sottises. Nos liens se sont brisés. Je ne te fais plus confiance. Tu respires le chaos. Tu es un enfant de la vengeance. Tu es en mission. Tu travailles pour le royaume d'Allah. La vie d'ici-bas ne t'intéresse pas. Tu es quelqu'un d'autre. Tu es un monstre. Je ne te saisis pas. Tu m'échappes. Aujourd'hui tu es intégriste, demain tu seras terroriste. Tu iras grossir les rangs de l'État Islamique.

Un jour, tu tueras des innocents. Un autre, tu seras un martyr. Puis tu seras en enfer. Les vierges ne viendront pas à ton chevet. Tu seras bouffé par les vers. Tu seras dévoré par les flammes. Tu seras noyé dans la rivière de vin qu'on t'a promise. Tu seras torturé par les démons de ta bêtise. Tu seras cendre. Tu seras poussière. Tu seras fiente. Tu seras salive. Tu seras honte. Tu seras chien. Tu seras rien. Tu seras misère.

 © K. A. Le Matin Algérie

]]>
<![CDATA[Czech made: le knedlík]]> /2015/02/czech-made-le-knedlik.html /2015/02/czech-made-le-knedlik.html Tue, 10 Feb 2015 05:16:20 +0100

L’épisode du jour est dédié à cet incontournable élément de la gastronomie tchèque : le knedlík. Farine, œufs, lait, morceaux de pain blanc – ce sont les ingrédients de base, en tout cas si on parle du modèle de départ.

Ce que la baguette est au cliché français, ce fameux knedlík l’est au cliché tchèque. Certaines mauvaises langues le méprisent et le comparent à de la sciure. Que neni, le knedlík est un art, quasiment un art de vivre !

Mais ne nous emballons pas. A l’origine, ce mot fait partie de ces nombreux noms germaniques « tchéquisés » : le knödel est devenu knedlík en tchèque, au grand désespoir de militants en faveur d’une langue tchèque « dégermanisée », qui préféraient le mot šiška (parfois employé en Moravie). Jan Hus en était – on sait comment il a fini…

 

© Radio Prague 07.08.2014

]]>
<![CDATA[La Moravie du Sud, c'est Austerlitz mais pas seulement]]> /2015/02/la-moravie-du-sud-c-est-austerlitz-mais-pas-seulement.html /2015/02/la-moravie-du-sud-c-est-austerlitz-mais-pas-seulement.html Mon, 09 Feb 2015 10:06:39 +0100

« Morava napoleonská » est un projet touristique dont la finalité est la découverte de la Moravie du Sud sous l’angle de Napoléon et du Premier Empire. C’est en effet sur ce territoire que s’est déroulée le 2 décembre 1805 la bataille d’Austerlitz, bataille emblématique qui consacra le génie militaire de Napoléon et lui permit de conforter son règne. Mais la région de Moravie du Sud n’est pas seulement marquée par les combats qui s’y déroulèrent mais aussi par d’autres aspects de l’histoire napoléonienne.

 

© Pierre Meignan pour Radio Prague

]]>
<![CDATA[La Moravie, théâtre des guerres napoléoniennes]]> /2015/02/la-moravie-theatre-des-guerres-napoleoniennes.html /2015/02/la-moravie-theatre-des-guerres-napoleoniennes.html Mon, 09 Feb 2015 09:53:49 +0100

Au beau milieu de la Moravie, au soleil d’Austerlitz, de Slavkov u Brna pour les Tchèques, Napoléon Ier, vainqueur des armées de François II du Saint-Empire et de celles d’Alexandre Ier de Russie, parvint un beau matin de décembre 1805 à conforter son règne naissant en signant l’une des victoires les plus nettes de l’histoire militaire. Jacques Garnier, spécialiste de cette histoire, est l’auteur d’un ouvrage sur Austerlitz, qui lui a valu le Grand Prix d'histoire 2006 de la Fondation Napoléon. Pour Radio Prague, il a évoqué cette région de Moravie, qui, à deux reprises, fut le théâtre des guerres napoléoniennes.

 

© Pierre Meignan pour Radio Prague

]]>
<![CDATA[Les missions alliées en Allemagne....]]> /2015/02/les-missions-alliees-en-allemagne.html /2015/02/les-missions-alliees-en-allemagne.html Mon, 09 Feb 2015 04:07:57 +0100

J'ai retrouvé les traces d'un documentaire France 3 ... c'était chaud pendant la guerre froide ....

]]>
<![CDATA[La concusion me plaît bien ! ]]> /2015/02/la-concusion-me-plait-bien.html /2015/02/la-concusion-me-plait-bien.html Mon, 09 Feb 2015 02:32:59 +0100

Un grand flic

Lorsque la presse évoque " un grand policier " il s'agit ; en général ; d'un chef de service prestigieux (36 quai des orfèvres, office central) ou d'un directeur des services actifs de la polic...

http://blogdepoulet.com/?p=438

]]>